L’analyse psycho-organique

une psychanalyse corporelle transformationnelle

Définition de l'analyse psycho-organique

L’APO est une méthode récente élaborée par Paul Boyesen dans les années 1970. Parce que le contentement est un moteur de l’existence, il a une place toute particulière dans les séances en analyse psycho-organique. Il nous construit aussi, nous donne de l’élan, nous permet de nous ancrer dans notre vie avec plus ou moins de sécurité intérieure (confiance en soi). Il s’agit de restaurer ce sentiment.

Retrouvez mon cadre de travail et mes références en bas de page.

L’analyse psycho-organique décrite :
méthode, outils et séances.

Cliquez sur un livre pour en savoir plus et le commander si vous le souhaitez.

APO Psychanalyse Corporelle
Je suis un corps qui pense
Voyage au coeur de l'intime - Muriel Jan

Sur quoi se base l’analyse psycho-organique ?

  • les travaux des grands psychanalystes et psychothérapeutes (en particulier Freud et Jung dont les approches sont complémentaires

  • le courant des psychothérapies humanistes existentielles qui placent la relation au centre de la psychothérapie)

  • la voie ouverte par Wilheim Reich – médecin psychiatre et psychanalyste qui réalise que le corps est aussi le lieu d’expression des conflits intrapsychiques : « Ce qui ne s’exprime pas s’imprime» (Paul Boyesen)

La psychothérapie en APO complète et reconstruit les apports de ces grands inventeurs en un ensemble vaste et cohérent. Les concepts et outils de travail sont innovants et nombreux (régression positive, pensée comparative, travail avec les images, contrats dans l’inconscient, mises en scène, touchers, rêves…).

Comment se passe une séance en analyse psycho-organique :

L’écoute et le soutien de l’expression du vécu sont une base. Cette expression parfois angoissante et souvent difficile, laisse place à un certain apaisement (les larmes se tarissent, la colère baisse). Ce temps d’apaisement est aussi un temps d’appropriation, d’intégration, une prise de conscience vécue. Parfois les personnes disent leur surprise d’éprouver encore (en corps ?) autant d’émotions.

Arrive ensuite le temps de l’expression du désir, du besoin, qu’est-ce qui était attendu ? Qu’est-ce qui aurait été juste et quelle différence de ressentis ? Soutenir la transformation souhaitée, permet d’évoquer ce qui (selon le sujet) aurait dû se passer et revient à ouvrir un espace pour l’imaginer, le mettre en scène, le vivre. Ainsi contentement, satisfaction, plaisir… fierté peut-être, s’invitent dans la séance. Ces affects sont une nouvelle nourriture pour la personne qui voit son élan vital relancé.

Si le chemin de chacun reste par essence unique et par là même incertain, l’expérience montre que l’écoute et le soutien (questions / interventions du thérapeute) permettent de reprendre contact avec ses désirs profonds, ses valeurs. Chacun travaille le sens qu’il souhaite donner à sa vie et son intégration pour réaliser sa place dans notre société.

Fondamentalement,
je crois en la Vie.

Cadre et références de ma pratique

Analyste psycho-organique, diplômée par l’EFAPO* (l’école française d’analyse psycho-organique), je suis également titulaire du CEP : Certificat Européen de Psychothérapie. Établit par l’Association Européenne de Psychothérapie (EAP) à la fin des années 90, le CEP permet d’assurer aux usagers un niveau élevé de formation de la profession (3200 heures au minimum) et comparable d’un pays à l’autre (à ce titre, le CEP est encouragé par la Commission de Bruxelles).

Pour travailler, je me réfère à l’analyse psycho-organique (méthode dont les membres fondateurs sont psychothérapeutes, psychologue, psychiatre) et je respecte les codes de déontologie de l’EAP, de l’EFAPO* ainsi que de la SOFRAPSY**, institutions auprès desquelles je suis engagée.

Un code de déontologie est un ensemble de droits et devoirs qui régissent une profession. Il édicte la conduite des thérapeutes***, les rapports entre ceux-ci et les personnes qui les consultent. Ils exigent tous en particulier : compétence et responsabilité du thérapeute / garantie du secret professionnel / un cadre contractuel clair / la supervision de sa pratique. L’EAP demande à chaque praticien en psychothérapie titulaire du CEP, de justifier annuellement de sa formation continue et de la supervision de sa pratique.

* La formation en psychothérapie de l’EFAPO a été agréée par le Syndicat National des Praticiens en Psychothérapie (SNPPsy) et par l’Association Européenne de Psychothérapie (EAP). L’EAP fédère environ 120 000 psychiatres, psychologues et psychothérapeutes et praticiens de la psychothérapie.

L’EFAPO est agréée en France par la FF2P et en Europe par l’European Association of Psychotherapy pour délivrer le Certificat Européen de Psychothérapie (CEP).

** La SOFRAPSY est une association de thérapeutes, psychothérapeutes, psychologues, tous formés à l’analyse psycho-organique. Ses membres fondateurs sont psychologue, psychiatre et psychothérapeutes.

*** qu’ils soient thérapeutes ou psychothérapeutes ou psychologues, il s’agit de ceux qui pratiquent la psychothérapie. Voir Comment choisir son psy ?